• Les recommandations rapportées dans le récit de Louqmân contiennent certes de grands bénéfices, et des orientations nobles, et des remarques bénies, et une voie juste dans l’appel à ALLAH et dans l’éducation des enfants et dans la formation des générations ; il y aussi dans ces recommandations une mise en évidence des moyens et des styles efficaces dans l’appel à ALLAH Le Très-Haut et dans l’enseignement du bien aux gens. C’est pour cette raison qu’il est impératif que les éducateurs et les parents ainsi que les enseignants prennent en considération ces recommandations et s’y arrêtent maintes et maintes fois afin d’en tirer la méthodologie correcte et  la voie juste dans la prédication et l’enseignement. En plus de ce que contiennent ces recommandations comme styles empreints de sagesse afin de gagner les cœurs et de captiver les esprits ; elles contiennent également l’incitation et l’effrayement et le bon rappel et de montrer le bien aux gens de la bonne manière ainsi que de les appeler à la religion d’ALLAH.

    Comme la prédication est une science à laquelle on appelle et une mise en application à laquelle on appelle, elle requiert une sagesse et des moyens bénéfiques et des styles effectifs afin d’atteindre le cœur des gens.

    ALLAH Le Très-Haut a certes donné la sagesse à Louqmân et l’a placée dans son cœur et a fait de sa parole et de son rappel et de son orientation une sagesse. Tout ce qui a précédé requiert de notre part une bonne méditation et une profonde réflexion et une étude de ces recommandations dont ALLAH a fait l’éloge dans Son Livre, Le Noble Coran.

  • A notre époque le stress, les soucis, les idées noires, la maladie sont le lot quotidien de beaucoup de gens.

    Les musulmans bien qu’animés par la foi, n’y échappent pas. La paix de l’âme, sa joie, son insouciance, sont des objectifs visés par tout le monde.

    Dans ce livre, Cheikh as-Sa’di -RahimahuLLAH- avec un style simple et efficace nous donne les clefs pour une vie heureuse.

  • Le sujet de cette épître est « la droiture » et c’est un sujet qui a une grande importance et auquel chacun de nous doit prêter attention et donner l’importance et l’attention qu’il mérite. ALLAH dit (traduction du sens de Sa parole): « Ceux qui disent : « Notre Seigneur est ALLAH » et qui ensuite se tiennent sur le droit chemin. Ils ne doivent avoir aucune crainte et ne seront point affligés. Ceux-là sont les gens du Paradis où ils demeureront éternellement, en récompense de ce qu’ils faisaient. » (Sourate Al-Ahqâf v.13 et 14)

    Et ALLAH dit: « Ceux qui disent : « Notre Seigneur est ALLAH », et qui se tiennent dans le droit chemin, les Anges descendent sur eux : N’ayez pas peur et ne soyez pas affligés, mais ayez la bonne nouvelle du Paradis qui vous était promis. Nous sommes vos protecteurs dans la vie présente et dans l’au-delà; et vous y aurez ce que vos âmes désireront et ce que vous réclamerez, un lieu d’accueil de la part d’Un Très Grand Pardonneur, d’Un Très Miséricordieux. » (Sourate Fussilat v.30 à 32)

  • Sache, qu’ALLAH te fasse miséricorde, que cette vie est un champ de labour pour l’au-delà. Ce bas-monde n’est qu’un lieu de négoce où se trouve toutes sortes de marchandises que nous sommes sensés acquérir en guise de provisions (qui seront notre bénéfice dans l’au-delà).

    C’est par l’acquisition de ces provisions que les premiers musulmans se sont distingués, que les pieux ont connus le succès, que les véridiques ont réussi. Ceux qui ont oeuvré ont récolté les fruits de leurs efforts, alors que ceux qui ont proféré des mensonges se trouvent perdants.

  • « Et ces paraboles, nous les citons aux gens afin qu’ils réfléchissent… » (Coran S.59 – V.21)

    Dans le Coran les paraboles consistent à établir une comparaison entre deux éléments analogues en réalisant un rapprochement entre l’abstrait et le concret ou entre deux éléments concrets afin d’en mettre un en évidence par apport à l’autre.

    Dans cet ouvrage l’imam Ibn el-Qayyim (751h) -RahimahuLLAH- nous explique ces paraboles, afin de bien les comprendre et de méditer dessus.

  • L’imam Ibn Kathir (774h) -RahimahuLLAH- nous décrit ici l’Enfer et ses supplices, à lire et à méditer…

    Cet ouvrage est extrait de l’encyclopédie intitulée « al-Bidâyah wan-Nihâyah »,de l’imam Ibn Kathîr, qui comme son nom l’indique retrace l’Histoire: de la création de son début à la fin des temps. Ses sources authentiques et sa rigueur scientifique en font un ouvrage de référence à l’unanimité au sein de la communauté musulmane. C’est de cette même encyclopédie que sont extraits « Les histoires des Prophètes » ou « La Sîra du Messager ».

  • Le Prophète -salla ALLAHu ‘aleyhi wa sallam- a dit : « Personne n’a reçu de don plus admirable et complet que la patience ».

    ‘Ali Ibn Abi Tâlib a dit quant à lui : « En effet, la patience trouve son origine dans la foi. Sa place équivaudrait à celle occupée par la tête par rapport au corps ». Il haussa par la suite le ton et dit : « Sans aucun doute, celui qui n’a pas de patience n’a point de foi ».

    Voici un extrait du célèbre livre « Fath al-Majîd li Charh Kitab at-Tawhid » du Cheikh ‘Abder-Rahman Ibn Hasan Al Shaykh -RahimahuLLAH- qui met en évidence l’importance de la patience et son lien avec la croyance et l’adoration du musulman.

  • Dévastateurs, les troubles et les grands tourments n’épargnent rien ni personne. Ils détruisent tout sur leur passage : le corps, l’esprit, la religion et toute bonne chose. Ils ne peuvent être que néfastes et ne procurent aucun bien.

    En effet, les troubles n’épargnent personne. Nous avons donc le devoir imminent de nous prémunir et de sérieusement nous en éloigner. De même qu’il faut prendre distance avec tout ce qui nous en approche. Et cela, d’autant plus que la prolifération des troubles sera l’un des signes précurseurs de la fin des temps.

    Cheikh Sâlih Ali Cheikh -HafizahuLLAH- nous explique quelle est la position que doit adopter le musulman face aux troubles qui touchent la communauté.

  • Livre concis traitant de la prière nocturne, dans lequel l’auteur a expliqué la notion de veillée nocturne, son mérite, ses moments privilégiés, le nombre de rak’a qui la constitue, les bienséances qui s’y rapportent et les moyens qui contribuent à sa pratique.

    Il a également parlé de la prière de Tarâwîh, de son statut, son mérite, ses moments privilégiés, le nombre de rak’a qui la constitue, et la permission de l’accomplir en commun.

    Il a par la suite expliqué la prière du Witr et ce qui s’y réfère.

  • Base de la rectitude de l’individu et de la réforme de sa nation.

  • La prière est ce moment privilégié où le serviteur se retrouve en intimité avec son Créateur. Cinq fois par jour, le musulman part à la rencontre de son Seigneur pour Le louer, Le glorifier, L’invoquer et se prosterner devant Lui, en toute soumission et humilité. Chaque parole et chaque geste dans cette prière a sa signification et sa symbolique.

    Ce n’est qu’en comprenant l’esprit de la Salât que le musulman pourra goûter à sa saveur et profiter de ses innombrables bienfaits dans sa vie quotidienne et dans l’au-delà.

    Plus qu’une analyse subtile de cette relation entre le serviteur et son Maître, une découverte de l’âme de la prière, un véritable voyage au royaume du recueillement. La prière comme rarement elle a été décrite… comme vous ne l’avez peut-être jamais imaginée… comme nous devrions tous l’accomplir!

  • Nombreux sont les musulmans qui s’intéressent à la question de l’émigration physique et géographique, celle qui consiste à quitter un pays pour un autre, une contrée pour une autre, dans le but de bénéficier du droit d’adorer son Créateur en toute liberté.
    En revanche, il existe une autre émigration qui elle est obligatoire pour chaque musulman, et tout temps et en tous lieux. Il s’agit de l’émigration du cœur du cheminement spirituel que chaque croyant doit entreprendre durant toute sa vie.
    Malheureusement, rares sont ceux qui s’intéressent à cette émigration du cœur. C’est pourquoi il était indispensable de publier un livre abordant ce sujet crucial, afin que le lecteur prenne conscience qu’il passe peut-être à côté de l’objectif même de sa présence dans ce monde : cheminer vers ALLAH.

  • Epître concernant le traitement des âmes, l’éducation des caractères et l’abandon des bassesses.

  • La régularité et le respect du nombre de vers imposés par jour, est la manière adoptée par les savants dans l’apprentissage des épîtres.

    L’Imam az-Zuhri a dit : « Nous avons certes acquis cette science par un hadith, puis deux; un avis juridique, puis deux. »

    Est considéré comme savant celui qui a mémorisé les épîtres. Cheikh el-Islam Ibn Taymiya a dit : « Celui qui aura mémorisé les épîtres obtiendra la science. » On ne peut donc obtenir de bases solides qu’avec l’apprentissage des fondements et ce, dans chacune des sciences.

    Cheikh el-Islam Ibn Taymiya a dit : « Alors qu’il fasse (l’étudiant en sciences religieuses) l’effort de patienter dans l’apprentissage, en mémorisant pour chaque science une épître, en se référant aux paroles justes du Prophète -salla ALLAHu ‘aleyh wa sallam-. »

    • Qasîdah Abou Ishâq al-Albîri de l’imam Abou Ishâq al-Albîri -RahimahuLLAH-. (Poème d’une gigantesque richesse dans les sens qu’il contient)
  • « Le rapprochement des âmes dans le monde des merveilles » (Hâdî al-’Arwâh ’ilâ Bilâd al-Afrâh), ouvrage de l’imam Ibn el-Qayyim (751h) -RahimahuLLAH- est le livre le plus remarquable à nos jours écrit pour faire connaitre le Paradis se basant sur les paroles divines du Coran et les propos prophétiques de la Sounnah du Messager d’ALLAH.

  • Résumé du célèbre livre Zâd al-Ma’âd de l’imam Ibn al-Qayyim (751h)-RahimahuLLAH-.

    Se préparer pour l’Au-Delà en adoptant la conduite du Prophète, c’est le titre original de cette véritable encyclopédie qu’est ce grand ouvrage de référence plus connu sous le nom de Zâd al-Ma’âd. L’auteur y a recensé toutes les adorations, les relations sociales et les habitudes du Prophète -salla ALLAHu ‘aleyhi wa sallam-. Connaissances indispensables pour quiconque souhaitant emprunter le chemin menant au Paradis. C’est un livre unique en son genre pour ceux qui veulent s’enquérir de la biographie du Prophète et de sa Sounnah, vu qu’il explique la Sounnah à travers sa vie et sa vie à travers la Sounnah, et ce en faisant état de leçons qu’il déduit des étapes successives de la vie du dernier des Prophète: Mohammed Ibn ‘AbdiLLAH Ibn ‘Abdel-Mouttalib -salla ALLAHu ‘aleyhi wa sallam-.

  • Nous vivons à une époque où les musulmans ont atteint un point, en matière de soumission et d’humiliation, qui ne peut être pire pour un musulman qui croit en ALLAH et en Son Messager. Nous nous interrogeons sans cesse, dans nos assemblées publiques et privées et dans nos lieux de rencontre, sur la cause qui a mené les musulmans à cet état déplorable et à cette situation aussi vile et méprisable, et nous cherchons à débusquer le secret qui a mené à une telle servitude. De même, nous nous interrogeons sur la manière dont nous pouvons y remédier.

    Les opinions sont variées et multiples, chacun proposant une voie ou une manière spécifique de résoudre ce problème et de guérir cette maladie chronique. Cependant, ce problème a été évoqué et dépeint par le Messager d’ALLAH -salla ALLAHu a’leyhi wa sallam-, dans des hadiths authentiques, il a même évoqué le moyen d’y remédier. Pour le connaitre lisez le livre …

  • « Le coeur vivant et illuminé entend, voit et raisonne, grâce à la lumière qu’il contient, alors que le coeur mort n’entend rien et ne voit rien. »

    « Le coeur a besoin d’être éduqué afin de se développer et grandir, jusqu’à atteindre sa maturité et se rectifier, de la même manière que le corps a besoin d’aliments qui vont lui être profitables. Il faut, en plus de cela lui interdire tout ce qui peut lui nuire, à l’exemple du corps et des plantes qui ne se développent que si on leur donne ce dont ils ont besoin et qu’on leur interdit ce qui leur est néfaste. »

    Cheikh el-Islam Ibn Taymiya (728h) -RahimahuLLAH- nous donne ici à voir toute l’étendue de sa connaissance humaine. La profondeur de son style, l’analyse qu’il fait des maladies du cœur et les remèdes qu’il prescrit ne laisseront pas insensible le lecteur attentif. A lire et à méditer…

  • Ce livre est important du point de vue des arguments avancés. Il est étonnant du point de vue des thèmes abordés, et exceptionnel du point de vue de sa compilation et des enseignements bénéfiques que l’on peut en tirer. L’auteur (751h) -RahimahuLLAH- ne l’a pas organisé selon un plan bien défini, ou une classification préalable. On a plutôt l’impression qu’il a fait de ce livre l’entrepôt des différents enseignements scientifiques qui lui ont traversés l’esprit et qu’on ne trouve pas dans les chapitres d’autres livres.

    Ces Fawâ’id sont donc des informations éparpillées et des déductions multiples. Partant de cela, il convient de savoir que le terme Fawâ’id dans le jargon des auteurs désigne un ouvrage qui regroupe beaucoup de pensées et de réflexions qui traversent l’esprit d’un savant, qu’il déduit des textes religieux, de la réalité de la vie, ou des deux à la fois. Ces réflexions sont aussi le fruit d’une longue expérience et d’efforts soutenus au contact permanent de la science, des savants, des livres et des débats scientifiques.

  • Ibn Qayyim al-Jawziyya (751h) -RahimahuLLAH-, grand savant du 14ème siècle, fût surnommé « Tâbib al-Qouloub » (le médecin des coeurs). Et pour cause, bon nombre de ses ouvrages mettent l’accent sur le rôle du coeur et son influence sur la relation liant l’individu à son Seigneur. La particularité de son style réside notamment dans une approche imagée qui met en évidence l’état de l’âme. La profondeur de perception de l’auteur sur les différentes situations de l’âme implique des paroles lourdes de sens. Ce qui suscite inévitablement chez le lecteur un nécessaire examen de conscience. Cette étude détaillée lui permet d’avoir une plus juste connaissance de son état spirituel et d’accomplir un meilleur contrôle de soi (mourâqabat an-nafs).

    Ibn al-Qayyim est un auteur dont les ouvrages sont incontournables pour quiconque souhaite cheminer vers une éducation spirituelle digne de ce nom. Aussi, l’ouvrage que nous vous présentons est une compilation des paroles de l’imam et s’inscrit tout à fait dans ce cadre, le thème: les péchés.

  • On le sait tous, la vie est faite de bonnes et mauvaises choses, et les malheurs touchent chacun d’entre nous: maladie, faillite, perte d’un proche, insécurité, peur… les maux sont nombreux et tout aussi variés. Mais quelle en est leur cause réelle ?

    S’agit-il de simples aléas de la vie? Cheikh Ibn el-‘Otheimin -RahimahuLLAH- nous en donne la cause : les péchés !

    « Tout malheur qui vous atteint est dû à ce que vos mains ont acquis. » Coran (as-Shourâ:30)

  • Ibn al-Jawzi (597h) -RahimahuLLAH- dit : « Comme les pensées passent sur des choses qui leur apparaissent puis disparaissent, il est indispensable de les retenir afin de ne pas les oublier, et le Prophète a dit : « Consignez la science par écrit ». Que de pensées me sont venues, que je n’ai pas pu fixer, et qui ont fui en me laissant dans le regret ! J’ai remarqué qu’à chaque fois que j’ouvre l’oeil de la réflexion, lui apparaissent des merveilles inespérées de l’invisible. S’amoncellent ensuite devant lui des dunes de compréhension qu’il n’est pas permis de négliger. Ainsi j’ai fait de ce livre un filet destiné à la chasse aux pensées furtives (Sayd al-Khâtir). »

    Ibn Kathir nous montre à quel voyage merveilleux, dans les profondeurs de la pensée et de la sagesse, nous convie Ibn al-Jawzi, lorsqu’il dit : « Il était unique dans l’exhortation, sans précédent ni égal, dans son style, son éloquence, la suavité des ses propos, l’élégance de leur enchâssement, l’efficacité de son exhortation, son immersion dans les sens profonds, et son exposé clair des choses étranges en des termes concis, facilement compréhensibles, car il réunissait des sens nombreux en peu de mots. Il déclamait spontanément prose et poésie, et en un mot il était un enseignant unique dans l’art de l’exhortation et bien d’autres. »

    Un livre unique, d’une sagesse et éloquence rares, dont la renommée n’est pas usurpée, et qui, sans nul doute, bouleversera celui qui s’y plonge.

  • Découvrez, dans cet ouvrage de 1200 ans, toute l’éloquence de l’imam ac-Châfi’î -RahimahuLLAH-, à travers ces poésies remplies de sagesse : des vers courts et pertinents, embellis par leur auteur qui avait une maîtrise puissante de la langue arabe. Il distilla ces vers tout le long de sa vie mais ce ne fut qu’au moment de sa mort que furent rassemblés l’ensemble de ses poésies.

    De véritables perles méconnues du plus grand nombre, dont le sens est intemporel et dans lesquelles chaque lecteur se reconnaîtra. Ce livre contient 40 poésies de l’illustre imam ac-Châfi’î.

  • Tout au long du présent ouvrage, l’érudit Ibn Rajab (795h) -RahimahuLLAH- explique le hadith d’après Ibn ‘Abbâs dans lequel le Prophète lui a dit :

    « Ô jeune homme! Je vais t’enseigner quelques paroles, respecte les prescriptions d’ALLAH et Il te protègera » en le présentant sous sa meilleure apparence et sous sa plus belle parure.

  • Le livre « Les repentis » de l’imam Ibn Qoudâma al-Maqdisi (620h) -RahimahuLLAH- est un ouvrage exceptionnel, nous racontant près de 100 histoires au sujet du repentir de nombreux personnages tels que les anges, les prophètes, les compagnons, les salafs, les rois, les peuples…

    Il livre nous remettant en question sur notre propre repentir et nos actions, méritant ainsi sa lecture avec grande réflexion.

  • L’auteur: « Craignant que les croyants et les croyantes, et moi-même, ne soyons trompés par les manoeuvres de cet ennemi juré de l’humanité (Satan), je me suis attachée à rassembler certaines de ses ruses afin que les musulmans soient sur leurs gardes et s’en préserve. »

  • L’âme de la prière réside dans la concentration, l’humilité et la présence du coeur durant son accomplissement. Dans cet ouvrage, l’Imam Ibn el-Qayyim, surnommé le « médecin des coeurs » nous présente en détail ce que le coeur doit éprouver et comment il doit se comporter lors de l’accomplissement de chacun des gestes constituant la prière. En mettant en pratique ses propos le musulman goûtera alors, par la volonté d’ALLAH, au plaisir de l’adoration et aux douceurs de la prière.

  • Malgré sa petite taille, le livre que vous tenez entre les mains est d’une grande valeur. Il est l’expression d’une lettre envoyée par le grand savant Ibn el-Qayyim (751h) -RahimahuLLAH-à un de ses frères en religion. Soucieux d’être utile à ses frères, aimant pour eux ce qu’il aime pour lui même, il donne des conseils sincères et de sages recommandations à qui souhaiterait goûter au bonheur dans ce bas monde et dans l’autre. Et vu la portée universelle de ses enseignements, il reste d’actualité après plus de 500 ans.

  •  » Certes, ce Coran guide vers ce qu’il y a de plus droit, et il annonce aux croyants qui font de bonnes oeuvres qu’ils auront une grande récompence, et à ceux qui ne croient pas en l’Au-delà, que Nous leur avons préparé un châtiment douloureux.  » (S:17; V:9-10)

     » Ne méditent-ils donc pas sur le Coran? S’il provenait d’un autre qu’ALLAH, ils y trouveraient certes maintes contradictions!  » (S:4; V:82)

  • Un ouvrage du grand savant Ibn al-Jawzi (597h) -RahimahuLLAH-, dans lequel, l’auteur nous incite à observer constance et résignation face à la mort.

    Il y montre les causes de ces épreuves, prescrit des remèdes, donne des exemples et les illustre en y présentant l’attitude des meilleurs hommes, c’est à dire les Salafs, ce qui en fait un livre d’une grande valeur.

    C’est une oeuvre sans précédent, aux nobles objectifs, au thème particulier, ayant un impact certain sur ses lecteurs.

  • Ce livre comporte des conseils paraissant si simples, si évidents, si banals qu’il donne l’impression d’être un ouvrage utile, certes, mais pas d’une si grande importance… Mais contrairement aux apparences, cet ouvrage est un pilier de la spiritualité du musulman.

    En effet, il réunit en lui les méthodes pratiques, très rarement citées par les savants, pour surmonter toutes les épreuves qui nous attendent dans ce monde.
    Alors que le Cheikh ‘Abder-Rahman as-Sa’dî -RahimahuLLAH- tomba malade, il fut transféré à l’hôpital américain du Liban pour y être suivi.
    Son fils lui offrit alors un ouvrage intitulé « How to stop worrying and start living », qui signifie « Stoppe l’anxiété et commence ta vie », écrit par Dale Carnegie.
    Le Cheikh prit énormément de plaisir à lire cet ouvrage. À son retour du Liban, il prit l’initiative d’écrire un ouvrage sur le même sujet, plus court, tirant ses enseignements du Qur’ân.
    Il intitula son livre: « Les moyens utiles pour une vie heureuse », titre que nous avons préféré adapter en le nommant « Mode d’emploi pour être heureux ».

  • Le sujet de l’épître que voici est une réponse, sous forme de recommandation, à une question posée à Cheikh el-Islam Ibn Taymiya (728h) -RahimahuLLAH-. En effet, un certain Abou al-Qâsim as-Sabtî a demandé à Ibn Taymiya de lui indiquer la manière de réformer l’individu tant sur le plan spirituel que temporel, de l’orienter vers un livre qui parle des œuvres pieuses à accomplir après s’être acquitté des obligations religieuses et des bonnes choses à acquérir, etc.

    Faisant son devoir de savant, Ibn Taymiya répond favorablement en recommandant, avant toute chose, la crainte d’ALLAH, un sujet sur lequel il s’étend assez longuement. Puis il passe à d’autres sujets comme l’invocation, la morale et les pieuses acquisitions. Traditionaliste convaincu, Ibn Taymiya fait sans cesse référence, dans son discours, aux deux textes fondateurs de la tradition musulmane que sont le Coran et la Sounnah.

    Il apparaît, à la fin de l’épître, que le docte de l’Islam Ibn Taymiya a apporté une réponse claire, concise et satisfaisante à la question posée par as-Sabtî. Une réponse profitable à l’ensemble de la communauté musulmane.

  • Le Prophète a dit : « Le premier devoir dont l’homme est appelé à rendre compte le jour de la Résurrection est la prière. Notre Seigneur auquel rien n’échappe, s’adressant aux anges leur dira : « Voyez si la prière de mon serviteur est parfaite. Si elle l’est, inscrivez-la lui parfaite. Si mon serviteur a des prières surérogatoires, comblez avec les imperfections. Ainsi, il en sera pour tous ses actes. »

    Que présenteront ceux qui n’ont ni prières obligatoires à leur actif et a fortiori ni prières surérogatoires !!! Réfléchissez, mes chers frères et sœurs, et commencez à faire la prière !

    Voici quelques arguments qui sauront inchâALLAH te convaincre: (Lire le livre)

  • Puisque le Coran nous invite à réfléchir, et que méditer une heure est meilleur qu’une nuit d’adoration, l’auteur partage ici les fruits de ses pensées. Il passe en revue le corps humain, le ciel et la mer, le jour et la nuit, les étoiles et les arbres, les mondes végétal et animal et plus encore. Sa spiritualité et la profondeur de ses pensées rendent ce qui est commun extraordinaire et met en exergue la perfection et la sagesse de la création.

    Réflexions sur la création de l’imam Ibn el-Qayyim (751h) -RahimahuLLAH- est extrait du livre fleuve intitulé « La clé du Paradis ». C’est la première fois qu’il est traduit en français.

  • Recueil de fatawas (questions-réponses) sur la Roqiya, le mauvais oeil, les Djinns et la sorcellerie par 4 grands savants de cette communauté: Ibn Bâz, el-Fawzan, el-‘Otheimin et Ibn el-Jibrîn.

  • Dans la tradition musulmane, Satan (ou Iblis), aveuglé par son orgueil, convaincu de sa supériorité sur l’homme, refusa d’obéir à l’ordre de son Seigneur:  » Prosterne-toi devant celui que j’ai créé de terre « .

    Sa désobéissance et son orgueil lui coûtèrent la damnation. Pour Iblîs, l’unique cause de sa déchéance, c’est l’homme, cet être de poussière que le Créateur a choisi de placer au-dessus de toutes les créatures.

    A son tour, Iblîs Le djinn déchu, tenta de pousser Adam à la désobéissance en lui conseillant de manger du fruit de l’arbre défendu et ce afin d’être, à son tour, disgracié.

    Désormais, ennemis par leur Seigneur, Iblîs et Adam vont se retrouver sur un même lieu d’exil, le monde d’ici-bas. Iblîs n’accordera aucun répit à Adam et sa progéniture. C’est sans relâche qu’il tentera de détourner l’humanité du droit chemin pour la mener à sa perte. Le rusé va, par une effet d’illusion, montrer le faux sous la forme du vrai (talbis). Il réussi à faire remplacer les vrais croyances et les véritables cultes par des faussetés, éloignant les hommes de la vérité et de la réalité.

    Le résultat de son action sur l’homme est évident et cela est démontré par l’imminent savant Abou al-Faraj Ibn al-Jawzî (597h) -RahimahuLLAH- dans son livre  » Talbis Iblîs « , à travers son œuvre, l’auteur rappelle aux croyants les moyens dont ils disposent pour faire face aux ruses de leur ennemi: il leur faut, sans cesse reste sur leur garde, fuir toutes croyances et cultes non institués par le Seigneur et de chercher refuge et protection auprès du Très Haut.