• Titre en arabe: القول السديد في بيان التوحيد (al-Qawl as-Sadîd fî Bayan at-Tawhid)

    Le Prophète a été envoyé pour prêcher le Tawhid et la religion de tous les Prophètes.

    Le Tawhîd consiste à vouer sincèrement ses oeuvres à ALLAH, de sorte qu’elles ne soient pas imprégnées d’association, et de s’approcher d’ALLAH par toutes les oeuvres accomplies.

    L’adoration est un droit exclusif d’ALLAH envers ses serviteurs, et c’est pour cela qu’Il a créé les êtres.

    Toutes les actions que la Charia commande et recommande doivent être vouées exclusivement à ALLAH, entre autres, la prière, le jeûne, la zakat, le hadj, la piété filiale, garder les liens de parenté, l’invocation, le voeu, l’imploration d’assistance, la crainte, le sacrifice rituel (l’abattage), l’amour, la peur, l’espoir etc… Toutes doivent être vouées au Créateur. C’est cela le Tawhîd.

    En effet, toute action est vaine, à moins qu’elle ne soit vouée à ALLAH avec pour finalité une récompense de l’au-delà. De plus, elle doit être conforme à la Charia.

    Si la personne manque à ce principe, elle tombera forcément dans le Chirk surtout si ce dernier est liée à une adoration, la rendant ainsi vaine et nulle.

  • Ceci est une série de questions/réponses à laquelle a participé Cheikh ‘Abdel-‘Azîz ar-Rajihi -HafizahuLLAH-. Notre choix s’est porté sur celle-ci car les sujets relatifs à la conception de la foi et de la mécréance y sont traités de manière simple et concise. Ce thème étant primordial et faisant partie de la bonne croyance qu’un musulman doit avoir, il était important pour nous de proposer un ouvrage répondant aux exigences des gens de la Sounnah.

    En effet, de nos jours beaucoup de personnes sont tombées dans un extrême par peur d’un autre extrême, à l’image de ceux qui adoptent des idées d’une tendance appelée « Mourji’a » voulant par cela s’éloigner des « Khawârij », et inversement. Or, le juste milieu des Gens de la Sounnah a toujours été la meilleure voie empruntée par nos Pieux Prédécesseurs.

  • Ce livre contient des questions sur divers sujets bénéfiques et importants de la ‘Aqidah, auxquelles son éminence Cheikh ‘Abdel-‘Azîz ar-Rajihi -HafizahuLLAH- répondit. Il comporte plusieurs sujets comme le sens de l’attestation de foi, les Noms et Attributs divins, le fait d’invoquer les défunts, de se rendre chez les sorciers, les Jinns, la foi, le destin, la recherche de la science, la Paradis et l’Enfer, les Prophètes, ainsi que d’autres thèmes sur lesquels le musulman doit être clairvoyant, afin de préserver sa foi et sa religion.

  • Les débats autour de la foi ont donné naissance à une abondante littérature s’étalant sur plus de quatorze siècles. Cette proximité malheureuse a contribué à la diffusion d’ambiguïtés, d’amalgames et la confusion s’est installée dans certains esprits.

    Bien que les savants de Ahl as-Sounnah wel-Jamâ’ah aient clairement exposé et expliqué, en tout temps, tout ce que l’on devait connaître au sujet de la foi, les désaccords restent, aujourd’hui encore, profonds au sein de la communauté musulmane. Les origines de ces désaccords sont lointaines, les conséquences qu’ils entrainent souvent sont désastreuses.

    Très tôt, après la mort du Prophète, deux groupes déviants vont apparaître : les Khawârij et les Mourjiah. La doctrine des Khawâridj provoquera de nombreux troubles. La violente et l’ex-communication (Takfir) abusive des musulmans qu’ils pratiquent, le poussent à la révolte contre l’autorité et au meurtre d’innocents.

    Les Mourjiah, en apparence plus passifs, diffusent une doctrine non moins dangereuse, un poison anesthésiant qui, sans la présence d’un antidote efficace apporté par nos savants, conduirait à une mort certaine de notre communauté. Une sévérité exagérée pour les uns, un laxisme excessif pour les autres, le point commun entre ces deux groupes est leur mauvaise compréhension de ce qu’est la foi.

    « Kitâb al-Imân » de l’imam Abou ‘Ubayd al-Qâsim Ibn Sallâm (224h) -RahimahuLLAH- est un très bon ouvrage à ce sujet avec en plus les annotations de Cheikh ar-Rajihi -HafizahuLLAH- et jugements sur les hadiths de Cheikh el-Albani.

  • Ce livre regroupe en son sein l’ensemble des questions ou la majeure partie d’entre elles ayant trait à la foi. Le tout dans un style simple et facile à lire, afin que chaque lecteur puisse en tirer profit.

    Les savants en ont fait l’éloge et ont écrit des introductions à ce livre disposées au début de l’ouvrage. C’est aussi une œuvre scientifique, une preuve authentique et claire menant à la vérité pour le musulman probe et sincère, dans ce sujet où il y a de nombreuses mauvaises compréhensions pour certains. Ce sera enfin une aide pour lui afin d’acquérir l’ensemble de la croyance des Gens de la Sounnah et du Consensus concernant les questions relatives à la foi et ce qui s’y rapporte.

    Préfacé par les Chouyoukhs suivants:

    Cheikh ‘AbdALLAH al-‘Aqîl, Cheikh ‘AbdALLAH as-Sa’d, Cheikh ‘Abdel-‘Azîz ar-Rajihi, Cheikh ‘Abder-Rahman al-Mahmoud et Cheikh ‘Abdel-‘Azîz al-‘Abd al-Latîf.

  • La description du Paradis et de ses habitants, ainsi que tout ce qu’il y a dans le Paradis comme jouissance et bonheur éternel, et la description de la Géhenne et de ses habitants, ainsi que tout ce qu’il y a en Enfer comme châtiment et souffrance éternelle, ceci est le thème de cette petite épître de Cheikh ‘Abdel-‘Azîz ar-Rajihi -HafizahuLLAH-. la foi au Paradis et à l’Enfer.

  • Il n’y a pas de Prophète qui n’ait averti sa communauté contre la Fitnah du Faux Messie (al-Massîh ad-Dajjâl). Et l’humanité, depuis sa création jusqu’à la venue de l’Heure, de connaîtra de Fitnah plus forte que celle du Dajjâl. Notre Prophète Mohammed -salla ALLAHu ‘aleyhi wa sallam- recherchait protection auprès d’ALLAH contre cette immense Fitnah qui se produira vers la fin des temps, et ce dans chaque prière qu’il priait.

    Parmi les grands signes qui précéderont la venue de l’Heure, la sortie du Faux Messie, puis la descente de ‘Issâ -‘aleyhi as-Salâm- qui le tuera, ceci est la croyance de tout musulman qui approuve et croit en la Sounnah authentique.

    Ceci est une petite épître de Cheikh ‘Abdel-‘Azîz ar-Rajihi -HafizahuLLAH- à ce sujet.

     

  • La tombe est la première étape de l’au-delà et la première demeure de l’homme après sa mort, toute âme y passera, nul ne peux y échapper.

    Toute âme goûtera, dans sa tombe après sa mort, soit au châtiment ou soit à la béatitude selon ce qu’il a oeuvré durant sa vie terrestre.

    La foi en cette étape cruciale après la mort fait partie entière de la foi au cinquième pilier de la foi qui est la foi au Jour Dernier, c’est pour cette raison qu’il est important pour le musulman d’y croire conformément à la Sounnah prophétique et à la croyance d’Ahl as-Sounnah.

    Ceci est une petite épître de Cheikh ‘Abdel-‘Azîz ar-Rajihi -HafizahuLLAH- dans laquelle il explique la foi au châtiment de la tombe.

  • « Tahkîm al-Qawânîn » est la Fatwa n°4065 de la compilation des lettres et fatâwâs de Mohammed Ibn Ibrahim Ali Cheikh -RahimahuLLAH- (t.12 p.284).

    Cette Fatwa montre que fait vraiment partie de la mécréance majeure et claire de donner aux maudites lois forgées la place que devrait avoir ce qu’a transmis l’Esprit fidèle sur le coeur de Mohammed -salla ALLAHu ‘aleyhi wa sallam- pour qu’il soit entre tous un avertisseur en langue arabe claire, et ceci en jugeant par elles (les lois forgées) et en s’en remettant à elles en cas d’un quelconque conflit, contredisant et refusant ainsi la parole d’ALLAH, Le Très-Haut : « Si vous vous disputez en quoi que ce soit, renvoyer-la à ALLAH et au Messager, si vous croyez en ALLAH et Jour Dernier. Cela sera meilleur pour vous et de plus belle interprétation » (Sourate:4, verset:59).

    Cet ouvrage comprend aussi une épître sur le même sujet de Cheikh ar-Rajihi -HafizahuLLAH- intitulée en arabe: « al-Haqq al-Qadih al-Moubîn fî Woujoub Tahkîm Char’ Rabbil-‘Alamîn ».

  • Il n’y a aucun doute que le bien le plus précieux qu’un homme puisse posséder ici-bas est le fait d’être musulman. Et comme tout bien précieux, il doit être préservé et protégé de tout ce qui pourrait le détériorer. Hors la pire chose pouvant nuire au fait d’être musulman, est le polythéisme et la mécréance.

    « Les Quatre Règles » (al-Qawâ’id al-Arba’) de Cheikh Mohammed Ibn ‘Abdel-Wahhâb (1206h) -RahimahuLLAH-, accompagné du commentaire de Cheikh ‘Abdel-‘Azîz ar-Rajihi -HafizahuLLAH- met en évidence les caractéristiques des polythéistes, et éclaircit le réel Tawhid auquel ont appelé les Prophètes et Envoyés.

  • L’imam Ahmad Ibn Hanbal -RahimahuLLAH- a, dans cet épître, exposé la voie des Gens de la Sounnah en mettant également en évidence la voie des gens de l’innovation, qui lui est contraire.

    Les fondements de la Sounnah consistent à s’attacher à la voie sur laquelle étaient les compagnons du Messager d’ALLAH -salla ALLAHu ‘aleyhi wa sallam-, à suivre leur exemple, et délaisser les innovations car toute innovation est égarement. Renoncer à s’asseoir avec les gens de la passion, délaisser toute polémique, débat et dispute dans ce qui touche à la religion.

  • Ceci est l’explication de l’épître « Les annulatifs de l’Islam » écrit par Cheikh Mohammed Ibn ‘Abdel-Wahhâb, explication du grand savant ‘Abdel-‘Azîz ar-Râjihi -HafizahuLLAH-.
    Ces dix annulatifs sont les plus importants annulatifs de l’Islam, sur lesquels il y a l’unanimité de l’ensemble des savants de la communauté.

  • « Ceci est ma croyance » est un opuscule de son éminence, le Cheikh, l’érudit ‘Abdel-‘Azîz ar-Râjihî -HafizahuLLAH- dans lequel il explique et rappelle la foi et ses fondements : la foi en ALLAH, la foi aux Anges, la foi aux Livres, la foi aux Prophètes, la foi au Jour Dernier et la foi au destin bon ou mauvais.