• Une série de 50 questions accompagnées de leurs réponses sur la croyance avec preuves tirées du Coran et de la Sounnah de Cheikh Mohammed Ibn ‘Abdel-Wahhâb (1206h) -RahimahuLLAH-, présentées en Français et en Arabe.

  • Cheikh ‘Abdel-‘Azîz Ibn Bâz a dit: « J’ai lu cette épître intitulée – Dar’ou al-Fitnah ‘an Ahl as-Sounnah – qui figure parmi les ouvrages de notre frère, le grand savant, le docteur Bakr Ibn ‘AbdALLAH Abou Zeyd. Je la considère comme une épître de valeur, bénéfique et digne d’être éditée et diffusée. Qu’ALLAH en récompense son auteur d’un grand bien, qu’Il multiplie sa récompense… »

    Ce livre comme l’indique le titre parle d’Ahl as-Sounnah qui sont le juste milieu entre les Khawârij et les Mourjiah dans le sujet de la foi.

  • Ce livre « al-Farîd fî Sharh Kitâb at-Tawhîd» est l’explication d’une épître intitulée « Kitâb at-Tawhîd » (le livre de l’Unicité) ou aussi nommée « Kalimatou al-Ikhlâs » (La parole de l’Unicité) du Hâfiz ibn Rajab al-Hanbali (795h) -RahimahuLLAH-, qui fit partie des grands érudits de l’Islam.

    Il aborda dans celui-ci, le sens de l’attestation de foi, ses conditions, ses mérites, ce qu’elle implique comme œuvres et la répercussion que celle-ci a sur le musulman au niveau des adorations et de la spiritualité. Son commentateur, le Cheikh ‘Abder-Rahmân Ibn Nâsir al-Barrâk -HafizahuLLAH-, qui est un des grands savants contemporains, qui étudia plus de cinquante années auprès de Cheikh Ibn Bâz, expliqua cet ouvrage et répondit aux nombreuses ambiguïtés liées à la mauvaise compréhension de ce qu’implique l’attestation de foi comme actes et croyances. Celui-ci fait partie des œuvres bénéfiques, riches, se terminant par une série de questions & réponses autour du sujet abordé par l’auteur.

  • « Ceci est ma croyance » est un opuscule de son éminence, le Cheikh, l’érudit ‘Abdel-‘Azîz ar-Râjihî -HafizahuLLAH- dans lequel il explique et rappelle la foi et ses fondements : la foi en ALLAH, la foi aux Anges, la foi aux Livres, la foi aux Prophètes, la foi au Jour Dernier et la foi au destin bon ou mauvais.

  • Cet ouvrage d’une grande importance de l’imam al-Barbahâri (329h) -RahimahuLLAH- établit la compréhension de la croyance des Pieux Prédécesseurs de manière détaillée tout en étant simplifiée.

    Il expose également le soutien de la Sounnah et le combat de l’innovation, et réfute les partisans égarés des passions futiles.

    Dans cette édition, on retrouve l’explication et les commentaires de l’éminent savant Cheikh Salih el-Fawzan -HafizahuLLAH-.

  • « Majmou’ at-Tawhid » est un ouvrage bilingue (arabe-français) qui regroupe les 11 épîtres sur le Tawhid de l’imam revivificateur de l’appel du Tawhid : Mohammed Ibn ‘Abd el-Wahhâb (1206h) -RahimahuLLAH-.

    Les 11 épîtres rassemblées dans cet ouvrage sont :

    -Les trois principes fondamentaux et leurs preuves

    -Le mérite de L’Islam

    -Kitâb at-Tawhîd (le Livre de l’Unicité)

    -Les quatre règles

    -Les annulatifs de l’Islam

    -Le dévoilement des ambiguïtés

    -Masâil el-Jâhiliyyah

    -La signification du Taghoût

    -Quatre questions au polythéiste

    -Sept obligations vis-à vis de l’acte prescrit

    -Six points du parcours prophétique

  • « Médite -qu’ALLAH te fasse miséricorde- sur six points de la biographie prophétique et comprends les d’une bonne compréhension afin qu’ALLAH te fasse comprendre la religion des Prophètes pour que tu la suives, et te fasse comprendre la religion des polythéistes afin que tu t’en écartes, car beaucoup de gens considérés comme des monothéistes prétendent la religion, mais ne comprennent pas ces six points comme il faut. »

    Epître de Cheikh Mohammed Ibn ‘Abdel-Wahhâb (1206h) -RahimahuLLAH- avec l’explication du grand savant Cheikh Sâlih el-Fawzan -HafizahuLLAH-.

  • Cet ouvrage est l’explication de la célèbre épître « Kachf ac-Choubouhât » (le dévoilement des ambiguïtés) de Mohammed Ibn ‘Abdel-Wahhâb (1206h) -RahimahuLLAH-.

    Le pourquoi de la réalisation de ce livre ainsi que le thème abordé trouve toute sa raison pour réfuter les ambiguïtés par lesquelles certains polythéistes jetèrent la confusion sur le monothéisme dans l’Adoration.

    En effet, lorsque le Cheikh entreprit d’appeler à ALLAH et démontra que de nombreuses personnes pratiquaient le polythéisme majeur, certains ignorants se mirent en tête de semer le doute et la confusion dans les esprits. Ils prétendirent alors que l’auteur excommuniait les musulmans, loin de lui cette pensée; au contraire il n’excommuniait que celui qui réalisait un acte rendant mécréant, après que la preuve lui fut établie, ce n’est qu’alors qu’il l’excommuniait. Il voulut à travers ce livre dissiper ces ambiguïtés qui sèment le trouble et ainsi les réfuter -bien qu’elles soient dans leur arguties plus fragiles que le fil de l’araignée- et qui, malgré tout, les embrouillaient.

    L’auteur rédigea une introduction bénéfique qui montre la réalité de la religion des Messagers et ce à quoi ils appelèrent, ainsi que la véritable religion des polythéistes et leur positionnement; et ce, afin que la personne connaisse la réalité de leur religion lorsque des ambiguïtés apparaissent. Mais aussi, dans le but qu’elle sache qui est le plus en droit de se revendiquer de la religion des Messagers ou de celle des polythéistes. Il démontra enfin que les polythéistes de son époque n’étaient en fait que les partisans de la religion du polythéisme.

    Cheikh Mohammed Ibn Ibrahim Ali Cheikh -RahimahuLLAH- expliqua ce livre et répondit aux différents arguments des polythéistes et de leurs pratiques.

  • L’imam Ahmad Ibn Hanbal -RahimahuLLAH- a, dans cet épître, exposé la voie des Gens de la Sounnah en mettant également en évidence la voie des gens de l’innovation, qui lui est contraire.

    Les fondements de la Sounnah consistent à s’attacher à la voie sur laquelle étaient les compagnons du Messager d’ALLAH -salla ALLAHu ‘aleyhi wa sallam-, à suivre leur exemple, et délaisser les innovations car toute innovation est égarement. Renoncer à s’asseoir avec les gens de la passion, délaisser toute polémique, débat et dispute dans ce qui touche à la religion.

  • Il n’y a aucun doute que le bien le plus précieux qu’un homme puisse posséder ici-bas est le fait d’être musulman. Et comme tout bien précieux, il doit être préservé et protégé de tout ce qui pourrait le détériorer. Hors la pire chose pouvant nuire au fait d’être musulman, est le polythéisme et la mécréance.

    « Les Quatre Règles » (al-Qawâ’id al-Arba’) de Cheikh Mohammed Ibn ‘Abdel-Wahhâb (1206h) -RahimahuLLAH-, accompagné du commentaire de Cheikh ‘Abdel-‘Azîz ar-Rajihi -HafizahuLLAH- met en évidence les caractéristiques des polythéistes, et éclaircit le réel Tawhid auquel ont appelé les Prophètes et Envoyés.

  • Cet ouvrage est l’explication de « Âdâb al-Mashyi ilâ as-Salât » écrit par Cheikh Mohammed Ibn ‘Abdel-Wahhâb (1206h) -RahimahuLLAH-, ce livre contient:

    -le livre de la zakat, il comprend: (la zakat du bétail, des produits de la terre, de l’or et de l’argent, des marchandises, de la rupture du jeûne, l’acquittement de la zakat, les ayants droits, les aumônes surérogatoires),

    -le livre du jeûne, il comprend: (ce qui annule le jeûne et le jeûne surérogatoire),

    -le livre de la prière, il comprend: (la description de la prière, le rappel après la prière, ce qui est détestable au cours de la prière, les piliers, les obligations, les sunans, les prosternations de la distraction, etc.).

    Commenté par Cheikh Mohammed Ibn Ibrâhîm Ali Cheikh -RahimahuLLAH-.

  • « Les Trois Principes Fondements – Oussoul Thalatha » a été écrit par le Cheikh, le rénovateur, Mohammed Ibn ‘Abdel-Wahhâb (1206h) -RahimahuLLAH-. C’est un ouvrage concis, mais complet dans le domaine de l’Unicité de la Seigneurie, de l’Unicité de l’Adoration, l’Alliance et le Désaveu, et d’autres sujets ayant trait à l’Unicité, qui est la plus noble des sciences et la plus élevée en degré. Le Cheikh l’a rédigé dans un style simple, accessible à tout lecteur, en appuyant ses dires par des preuves du Coran et de la Sounnah prophétique.

    Cheikh ‘Abder-Rahman Ibn Mohammed Ibn Qâsim -RahimahuLLAH- nous explique, dans ce livre, cette célèbre épître.

    Cette explication est considérée comme la première explication écrite des trois fondements. En plus d’être parmi les premières explications, elle se distingue par sa clarté et sa simplicité, comme l’auteur eut pour habitude de faire ses ouvrages. Ce dernier fut un grand savant de la communauté, préoccupé par la recherche et l’écrit des ouvrages bénéfiques.

  • Ceci est une épître importante concernant ce qu’il est obligatoire à la personne d’enseigner à ses enfants, et ceci, avant même l’apprentissage du Coran. Tout cela, afin qu’il soit lui-même, par la suite, une personne élevée sur les bases saines de l’Islam, celles du pur monothéisme, cheminant sur le chemin de la foi.

    Cette épître a été composée sous forme de questions et de réponses. Texte arabe entièrement vocalisé.

  • Le commentaire du « Livre du Monothéisme » (Charh Kitab at-Tawhid) expliqué par le Cheikh, l’érudit Sâlih el-Fawzan -HafizahuLLAH-. Ce livre est à l’origine l’un des ouvrages les plus célèbre de Cheikh Mohammed Ibn ‘Abdel-Wahhâb (1206h) -RahimahuLLAH-. Dans le domaine de l’Unicité d’ALLAH, les savants ont unanimement reconnu qu’aucun livre équivalent à Kitab at-Tawhid n’a jamais été écrit en Islam. Cette oeuvre est un livre de prédication, et représente donc l’appel vers le Tawhîd, car l’auteur y a clarifié les différentes catégories du Tawhîd d’Adoration et celle du Tawhîd des Noms et Attributs divins de manière générale. Il a aussi expliqué le polythéisme majeur et certaines de ses manifestations, de même qu’il a clarifié les voies y menant.

    Comprendre ce livre et le mettre en application est donc indispensable pour tout musulman et toute musulmane afin de faire partie des serviteurs d’ALLAH monothéistes, et de ne pas tomber dans quelconque sorte de polythéisme car ALLAH ne pardonne pas qu’on Lui associe quelqu’un ou quelque chose.

  • D’après Anas Ibn Mâlik, le Prophète -salla ALLAHu ‘aleyhi wa sallam- a dit : « Lorsque le serviteur se marie, il a certes complété la moitié de sa religion alors qu’il craigne ALLAH pour l’autre moitié ».
    (Rapporté par at-Tabarânî et authentifié par el-Albani dans Sahîh at-Targhîb n°1916)

    Petite épître sur le thème du mariage de Cheikh ‘Abdel-Mouhsin el-Qâsim -HafizahuLLAH-, imam au Masjid Nabawi à Médine.

  • « Tahkîm al-Qawânîn » est la Fatwa n°4065 de la compilation des lettres et fatâwâs de Mohammed Ibn Ibrahim Ali Cheikh -RahimahuLLAH- (t.12 p.284).

    Cette Fatwa montre que fait vraiment partie de la mécréance majeure et claire de donner aux maudites lois forgées la place que devrait avoir ce qu’a transmis l’Esprit fidèle sur le coeur de Mohammed -salla ALLAHu ‘aleyhi wa sallam- pour qu’il soit entre tous un avertisseur en langue arabe claire, et ceci en jugeant par elles (les lois forgées) et en s’en remettant à elles en cas d’un quelconque conflit, contredisant et refusant ainsi la parole d’ALLAH, Le Très-Haut : « Si vous vous disputez en quoi que ce soit, renvoyer-la à ALLAH et au Messager, si vous croyez en ALLAH et Jour Dernier. Cela sera meilleur pour vous et de plus belle interprétation » (Sourate:4, verset:59).

    Cet ouvrage comprend aussi une épître sur le même sujet de Cheikh ar-Rajihi -HafizahuLLAH- intitulée en arabe: « al-Haqq al-Qadih al-Moubîn fî Woujoub Tahkîm Char’ Rabbil-‘Alamîn ».

  • Cet ouvrage écrit par le grand savant Mohammed Ibn Sâlih Ibn el-‘Otheimin -RahimahuLLAH- est indispensable pour tout musulman recherchant à accomplir sa prière comme l’accomplissait le Messager d’ALLAH -salla ALLAHu ‘aleyhi wa sallam-.

    Une description totale de la prière du début à la fin, légèrement différent du livre connu : « La description de la prière de Cheikh el-Albani » vu que Cheikh Ibn ‘Otheimin a des avis différents de ceux de Cheikh el-Albani sur certains sujets liés à la prière.

  • Ce livre regroupe en son sein l’ensemble des questions ou la majeure partie d’entre elles ayant trait à la foi. Le tout dans un style simple et facile à lire, afin que chaque lecteur puisse en tirer profit.

    Les savants en ont fait l’éloge et ont écrit des introductions à ce livre disposées au début de l’ouvrage. C’est aussi une œuvre scientifique, une preuve authentique et claire menant à la vérité pour le musulman probe et sincère, dans ce sujet où il y a de nombreuses mauvaises compréhensions pour certains. Ce sera enfin une aide pour lui afin d’acquérir l’ensemble de la croyance des Gens de la Sounnah et du Consensus concernant les questions relatives à la foi et ce qui s’y rapporte.

    Préfacé par les Chouyoukhs suivants:

    Cheikh ‘AbdALLAH al-‘Aqîl, Cheikh ‘AbdALLAH as-Sa’d, Cheikh ‘Abdel-‘Azîz ar-Rajihi, Cheikh ‘Abder-Rahman al-Mahmoud et Cheikh ‘Abdel-‘Azîz al-‘Abd al-Latîf.

  • Voici un magnifique livre de poche où l’auteur donne de nombreux conseils pour celui qui désire apprendre le Saint Coran.

    Ce livre se distingue des autres ouvrages sur l’apprentissage du Coran par des conseils pratiques et méthodiques avec l’exemple de l’apprentissage d’une sourate.

    Ouvrage de Cheikh ‘Abdel-Mouhsin el-Qâsim -HafizahuLLAH-, imam au Masjid Nabawi à Médine.

  • « Lâ Ilâha Ilâ Allah »: La première partie de l’attestation de foi, cette parole qui est énorme, équivaut le poids des cieux et de la terre et de ce qu’ils contiennent en dehors d’ALLAH. Cette parole est le fondement de la religion.

    ALLAH l’a nommée la parole de piété, l’anse la plus solide, la parole de la pureté, la parole du monothéisme. Voila les différents noms de cette parole qui sera traitée dans ce livre.

    Cheikh Sâlih el-Fawzan -HafizahuLLAH- nous explique la réelle signification de cette parole, car de nos jours beaucoup de musulmans ne la comprennent pas comme les Envoyés et Prophètes l’ont enseignés à leur peuple.

  • Parmi les prémisses du Jour Dernier il y a la mort, qui est la petite station debout, lorsque le terme de chacun arrivera, qui nous fera passer d’ici-bas à l’au delà.

    ALLAH rappelle la mort aux serviteurs, car, lorsqu’arrive la mort, les actes de l’homme sont finis et elle ne peut être repoussée.

    Cet ouvrage est tiré du livre « al-Irchâd » de Cheikh Sâlih el-Fawzan -HafizahuLLAH-.

  • Ce livre « Moukhtasar Sîrat ar-Rassoul» (la vie du Prophète) est un ouvrage d’histoire retraçant la vie du prophète -salla ALLAHu ‘aleyhi wa sallam-, la situation de son peuple avant son envoi, sa naissance, sa famille, ses compagnons, ainsi que les divers évènements et faits de sa noble vie. Son auteur Mohammed Ibn ‘Abdel-Wahhâb (1206h) -RahimahuLLAH-, raconta ces récits en mettant en valeur les leçons et les morales à retenir de ces derniers. Cet ouvrage n’est pas un livre classique d’histoire prophétique, il se distingue par le fait de mettre en valeur l’importance du Tawhîd et le danger du Chirk à travers ces récits. Son auteur passa sa vie à revivifier cet appel à l’Unicité d’ALLAH et à combattre l’association qui est le plus grand des péchés.

  • La tombe est la première étape de l’au-delà et la première demeure de l’homme après sa mort, toute âme y passera, nul ne peux y échapper.

    Toute âme goûtera, dans sa tombe après sa mort, soit au châtiment ou soit à la béatitude selon ce qu’il a oeuvré durant sa vie terrestre.

    La foi en cette étape cruciale après la mort fait partie entière de la foi au cinquième pilier de la foi qui est la foi au Jour Dernier, c’est pour cette raison qu’il est important pour le musulman d’y croire conformément à la Sounnah prophétique et à la croyance d’Ahl as-Sounnah.

    Ceci est une petite épître de Cheikh ‘Abdel-‘Azîz ar-Rajihi -HafizahuLLAH- dans laquelle il explique la foi au châtiment de la tombe.

  • Il n’y a pas de Prophète qui n’ait averti sa communauté contre la Fitnah du Faux Messie (al-Massîh ad-Dajjâl). Et l’humanité, depuis sa création jusqu’à la venue de l’Heure, de connaîtra de Fitnah plus forte que celle du Dajjâl. Notre Prophète Mohammed -salla ALLAHu ‘aleyhi wa sallam- recherchait protection auprès d’ALLAH contre cette immense Fitnah qui se produira vers la fin des temps, et ce dans chaque prière qu’il priait.

    Parmi les grands signes qui précéderont la venue de l’Heure, la sortie du Faux Messie, puis la descente de ‘Issâ -‘aleyhi as-Salâm- qui le tuera, ceci est la croyance de tout musulman qui approuve et croit en la Sounnah authentique.

    Ceci est une petite épître de Cheikh ‘Abdel-‘Azîz ar-Rajihi -HafizahuLLAH- à ce sujet.

     

  • Ce livre « al-Irchâd ilâ Sahîh al-I’tiqâd» (le guide de la croyance authentique) est un ouvrage au sujet de la croyance authentique d’Ahl as-Sounnah wel-Jamâ’ah. Son auteur Cheikh Sâlih al-Fawzan -HafizahuLLAH- traita à travers celui-ci les fondamentaux de la croyance authentique. Il développa plusieurs thèmes du dogme, comme le Tawhid et le Chirk, les piliers de la foi et ce qu’ils impliquent, l’alliance et le désaveu, aussi ce qui concerne l’innovation, sa définition, ses catégories et la mise en garde contre celle-ci. Cet ouvrage est un livre complet exposant la croyance du musulman, tout cela accompagné de preuves du Saint Coran, de la Sounnah authentique et du consensus (al-Ijmâ’).

  • Ce livre fait partie des rares ouvrages consacrés au sujet de la barbe en Islam, plus précisément le jugement sur le fait de la laisser pousser et de ne pas la raser. Étant donné que se raser la barbe est devenu une chose répandue chez les musulmans, le besoin d’en exposer les preuves religieuses se fit ressentir. L’auteur mentionne les textes religieux à ce sujet. Bien que cet ouvrage soit court, il éclairera suffisamment le musulman sur cette pratique.

  • Les débats autour de la foi ont donné naissance à une abondante littérature s’étalant sur plus de quatorze siècles. Cette proximité malheureuse a contribué à la diffusion d’ambiguïtés, d’amalgames et la confusion s’est installée dans certains esprits.

    Bien que les savants de Ahl as-Sounnah wel-Jamâ’ah aient clairement exposé et expliqué, en tout temps, tout ce que l’on devait connaître au sujet de la foi, les désaccords restent, aujourd’hui encore, profonds au sein de la communauté musulmane. Les origines de ces désaccords sont lointaines, les conséquences qu’ils entrainent souvent sont désastreuses.

    Très tôt, après la mort du Prophète, deux groupes déviants vont apparaître : les Khawârij et les Mourjiah. La doctrine des Khawâridj provoquera de nombreux troubles. La violente et l’ex-communication (Takfir) abusive des musulmans qu’ils pratiquent, le poussent à la révolte contre l’autorité et au meurtre d’innocents.

    Les Mourjiah, en apparence plus passifs, diffusent une doctrine non moins dangereuse, un poison anesthésiant qui, sans la présence d’un antidote efficace apporté par nos savants, conduirait à une mort certaine de notre communauté. Une sévérité exagérée pour les uns, un laxisme excessif pour les autres, le point commun entre ces deux groupes est leur mauvaise compréhension de ce qu’est la foi.

    « Kitâb al-Imân » de l’imam Abou ‘Ubayd al-Qâsim Ibn Sallâm (224h) -RahimahuLLAH- est un très bon ouvrage à ce sujet avec en plus les annotations de Cheikh ar-Rajihi -HafizahuLLAH- et jugements sur les hadiths de Cheikh el-Albani.

  • Ce magnifique ouvrage de Cheikh Mohammed Ibn Sâlih el-‘Otheimin -RahimahuLLAH- est indispensable pour tout étudiant en sciences religieuses avant qu’il ne commence sa recherche de la science, afin d’emprunter un bon cheminement, de ne pas perdre de temps et de ne pas éparpiller ses efforts à droite et à gauche sans grand résultat au final.

    Ce livre contient les thèmes suivants: Les mérites de la science religieuse, le statut de la quête de la science religieuse, les règles de bienséances que doit observer l’étudiant en quête de science religieuse, les moyens qui aident à l’apprentissage de la science religieuse, moyens d’acquisition du savoir et erreurs à éviter, section sur les livres recommandés à l’étudiant en quête de savoir, des fatwas concernant la science religieuse et des enseignements.

  • La régularité et le respect du nombre de vers imposés par jour, est la manière adoptée par les savants dans l’apprentissage des épîtres.

    L’Imam az-Zuhri a dit : « Nous avons certes acquis cette science par un hadith, puis deux; un avis juridique, puis deux. »

    Est considéré comme savant celui qui a mémorisé les épîtres. Cheikh el-Islam Ibn Taymiya a dit : « Celui qui aura mémorisé les épîtres obtiendra la science. » On ne peut donc obtenir de bases solides qu’avec l’apprentissage des fondements et ce, dans chacune des sciences.

    Cheikh el-Islam Ibn Taymiya a dit : « Alors qu’il fasse (l’étudiant en sciences religieuses) l’effort de patienter dans l’apprentissage, en mémorisant pour chaque science une épître, en se référant aux paroles justes du Prophète -salla ALLAHu ‘aleyh wa sallam-. »

    Cet ouvrage est divisé en deux parties:

    • Les trois principes fondamentaux (Oussoul Thalatha),
    • Les quatre règles (Qawâ’id Arba’), tous deux de Cheikh Mohammed Ibn ‘Abdel-Wahhâb (1206h) -RahimahuLLAH-.
  • La régularité et le respect du nombre de vers imposés par jour, est la manière adoptée par les savants dans l’apprentissage des épîtres.

    L’Imam az-Zuhri a dit : « Nous avons certes acquis cette science par un hadith, puis deux; un avis juridique, puis deux. »

    Est considéré comme savant celui qui a mémorisé les épîtres. Cheikh el-Islam Ibn Taymiya a dit : « Celui qui aura mémorisé les épîtres obtiendra la science. » On ne peut donc obtenir de bases solides qu’avec l’apprentissage des fondements et ce, dans chacune des sciences.

    Cheikh el-Islam Ibn Taymiya a dit : « Alors qu’il fasse (l’étudiant en sciences religieuses) l’effort de patienter dans l’apprentissage, en mémorisant pour chaque science une épître, en se référant aux paroles justes du Prophète -salla ALLAHu ‘aleyh wa sallam-. »

    Cet ouvrage est divisé en deux parties:

    • Les actes annulant l’Islam (Nawâqid al-Islam) de Cheikh Mohammed Ibn ‘Abdel-Wahhâb (1206h) -RahimahuLLAH-,
    • Les 40 Hadiths d’An-Nawawi, de l’imam an-Nawawi (676h) -RahimahuLLAH-.
  • La régularité et le respect du nombre de vers imposés par jour, est la manière adoptée par les savants dans l’apprentissage des épîtres.

    L’Imam az-Zuhri a dit : « Nous avons certes acquis cette science par un hadith, puis deux; un avis juridique, puis deux. »

    Est considéré comme savant celui qui a mémorisé les épîtres. Cheikh el-Islam Ibn Taymiya a dit : « Celui qui aura mémorisé les épîtres obtiendra la science. » On ne peut donc obtenir de bases solides qu’avec l’apprentissage des fondements et ce, dans chacune des sciences.

    Cheikh el-Islam Ibn Taymiya a dit : « Alors qu’il fasse (l’étudiant en sciences religieuses) l’effort de patienter dans l’apprentissage, en mémorisant pour chaque science une épître, en se référant aux paroles justes du Prophète -salla ALLAHu ‘aleyh wa sallam-. »

    Cet ouvrage est divisé en deux parties:

    • Les conditions de la prière, ses piliers et ses obligations (Chourout as-Salat) de Cheikh Mohammed Ibn ‘Abdel-Wahhâb (1206h) -RahimahuLLAH-,
    • al-‘Aqidah al-Wâsitiyah, de Cheikh el-Islam Ibn Taymiya (728h) -RahimahuLLAH-.
  • La régularité et le respect du nombre de vers imposés par jour, est la manière adoptée par les savants dans l’apprentissage des épîtres.

    L’Imam az-Zuhri a dit : « Nous avons certes acquis cette science par un hadith, puis deux; un avis juridique, puis deux. »

    Est considéré comme savant celui qui a mémorisé les épîtres. Cheikh el-Islam Ibn Taymiya a dit : « Celui qui aura mémorisé les épîtres obtiendra la science. » On ne peut donc obtenir de bases solides qu’avec l’apprentissage des fondements et ce, dans chacune des sciences.

    Cheikh el-Islam Ibn Taymiya a dit : « Alors qu’il fasse (l’étudiant en sciences religieuses) l’effort de patienter dans l’apprentissage, en mémorisant pour chaque science une épître, en se référant aux paroles justes du Prophète -salla ALLAHu ‘aleyh wa sallam-. »

    • Kitâb at-Tawhid (le livre de l’Unicité) de Cheikh Mohammed Ibn ‘Abdel-Wahhâb (1206h) -RahimahuLLAH-.
  • La régularité et le respect du nombre de vers imposés par jour, est la manière adoptée par les savants dans l’apprentissage des épîtres.

    L’Imam az-Zuhri a dit : « Nous avons certes acquis cette science par un hadith, puis deux; un avis juridique, puis deux. »

    Est considéré comme savant celui qui a mémorisé les épîtres. Cheikh el-Islam Ibn Taymiya a dit : « Celui qui aura mémorisé les épîtres obtiendra la science. » On ne peut donc obtenir de bases solides qu’avec l’apprentissage des fondements et ce, dans chacune des sciences.

    Cheikh el-Islam Ibn Taymiya a dit : « Alors qu’il fasse (l’étudiant en sciences religieuses) l’effort de patienter dans l’apprentissage, en mémorisant pour chaque science une épître, en se référant aux paroles justes du Prophète -salla ALLAHu ‘aleyh wa sallam-. »

    • ‘Oumdatu al-Ahkâm de l’imam ‘Abdel-Ghaniy Ibn ‘Abdel-Wâhid el-Maqdisi (600h) -RahimahuLLAH-.
  • La régularité et le respect du nombre de vers imposés par jour, est la manière adoptée par les savants dans l’apprentissage des épîtres.

    L’Imam az-Zuhri a dit : « Nous avons certes acquis cette science par un hadith, puis deux; un avis juridique, puis deux. »

    Est considéré comme savant celui qui a mémorisé les épîtres. Cheikh el-Islam Ibn Taymiya a dit : « Celui qui aura mémorisé les épîtres obtiendra la science. » On ne peut donc obtenir de bases solides qu’avec l’apprentissage des fondements et ce, dans chacune des sciences.

    Cheikh el-Islam Ibn Taymiya a dit : « Alors qu’il fasse (l’étudiant en sciences religieuses) l’effort de patienter dans l’apprentissage, en mémorisant pour chaque science une épître, en se référant aux paroles justes du Prophète -salla ALLAHu ‘aleyh wa sallam-. »

    • Qasîdah Abou Ishâq al-Albîri de l’imam Abou Ishâq al-Albîri -RahimahuLLAH-. (Poème d’une gigantesque richesse dans les sens qu’il contient)
  • La description du Paradis et de ses habitants, ainsi que tout ce qu’il y a dans le Paradis comme jouissance et bonheur éternel, et la description de la Géhenne et de ses habitants, ainsi que tout ce qu’il y a en Enfer comme châtiment et souffrance éternelle, ceci est le thème de cette petite épître de Cheikh ‘Abdel-‘Azîz ar-Rajihi -HafizahuLLAH-. la foi au Paradis et à l’Enfer.

  • L’association dans l’obéissance est l’une des formes du polythéisme majeur.

    ALLAH dit : « Ils ont pris leurs rabbins et leurs moines, ainsi que le Christ fils de Marie, comme Seigneurs en dehors d’ALLAH, alors qu’on ne leur a commandé que d’adorer un Dieu unique. Pas de divinité à part Lui! Gloire à Lui! Il est au-dessus de ce qu’ils [Lui] associent. »(Coran 9.31)

    Dans un hadith hasan [bon] rapporté par Ahmad et Tirmidhi, le Prophète avait récité ce verset devant ‘Adiyy Ibn Hâtim qui lui dit:  » O Messager d’ALLAH! Nous ne les adorons pas! Et le Prophète de lui répondre: « Ne rendent-ils pas licite ce qu’ALLAH a interdit et vous vous le permettez, et ne rendent-ils pas illicite ce qu’ALLAH a permis et vous vous l’interdisez? » Si, répondit ‘Adiyy. « C’est cela leur adoration. » Ajouta le Prophète. (Authentifié par le Cheikh al-Albani)

    Cheikh el-Fawzan -HafizahuLLAH- explique ce point important du polythéisme, qui est le contraire du monothéisme, dans lequel certaines personnes tombent sans s’en rendre compte.

  • Le polythéisme majeur (Chirk Akbar) consiste à donner un associé à ALLAH dans l’Adoration, dans Sa Seigneurie ou dans Ses Noms et Attributs.

    L’association se fait le plus souvent dans l’Adoration, et consiste à invoquer un autre avec ALLAH (comme les statues, les tombes ou encore les morts, même s’ils étaient des pieux ou des sages) ou à vouer à autre qu’ALLAH certains actes cultuels tels que les offrandes, les actes objets de vœux, la peur, l’espérance et l’amour.

    ALLAH a affirmé qu’Il ne le pardonnera pas à celui qui ne s’en serait repenti, à ce propos le Très-Haut dit : « Certes, ALLAH ne pardonne pas qu’on Lui donne quelque associé. A part cela, Il pardonne à qui Il veut. » (S : 4, V : 48)

    Tout comme ALLAH a affirmé qu’Il interdira le Paradis a quiconque Lui donne un associé et que sa demeure éternelle sera le Feu à tout jamais, comme Il a dit : « Quiconque associe à ALLAH (d’autres divinités) ALLAH lui interdit le Paradis ; et son refuge sera le Feu. » (S : 5, V : 72)

  • Le polythéisme mineur (Chirk Ashgar) dont la nomination « polythéisme » est confirmée par les textes religieux, mais qui n’a pas atteint le degré du polythéisme majeur. C’est pourquoi il est appelé mineur.

    Par exemple : l’ostentation et la renommée, tel le cas de celui qui lit le Coran par ostentation, ou qui prie par ostentation, ou qui prêche à ALLAH par ostentation, et ainsi de suite. Il a été confirmé dans un hadith que le Prophète a dit : « Ce que je crains le plus pour vous c’est le polythéisme mineur». Alors, interrogé à son sujet, il répondit: « L’ostentation. » ALLAH dira le Jour de la Résurrection aux hypocrites : » Allez à ceux pour qui vous embellissiez vos actions dans ce bas monde et voyez si vous trouvez une récompense chez eux ? »

    Le polythéisme mineur comporte pleins d’autres sortes que l’ostentation, Cheikh el-Fawzan -HafizauLLAH- les mentionne dans ce petit livre et les explique afin d’en prendre garde et de s’en éloigner comme on s’éloignerai de la peste.

  • « Nous trouvons certains musulmans de nos jours qui se désintéressent et négligent la prière, au point de la délaisser de manière totale.

    Étant donné que ce sujet fait partie des grands points importants par lesquels les gens sont éprouvés de nos jours et que les savants de la communauté et ses imams, anciens comme contemporains, ont divergé à son propos, j’ai trouvé bien d’écrire à ce sujet ce qui m’en a été facilité. Le contenu va être abordé et résumé en deux chapitres:
    – Le premier : Le statut du délaissement de la prière.
    – Le second : Ce qui se rattache à l’apostasie, de par le délaissement de la prière ou autre. »

    Epître de Cheikh Ibn el-‘Otheimin -RahimahuLLAH- sur la mécréance de celui qui délaisse la prière.

  • Forcer est de constater que de nombreux musulmans et à fortiori les non musulmans, ignorent encore le sens profond des mots suivants: « J’atteste que Mohammed (paix et bénédictions sur lui) est l’Envoyé d’ALLAH. ». Ce bilan découle de l’observation de différents actes ou paroles, répandus parmi les musulmans: soit ces actes et ces paroles ne sont pas en parfaite conformité avec l’esprit de l’attestation, ou pire encore, ils sont purement et simplement en contradiction avec sa signification exacte et de ce fait peuvent avoir un impact non négligeable sur le dogme de nombreux musulmans et sur la validité de leur foi.

    Cet écrit de Cheikh ‘Abdel-‘Azîz Ali Cheikh -HafizahuLLAH- clarifie la bonne compréhension qu’il faut avoir au sujet de cette attestation qui est la deuxième partie de l’attestation de foi, sans outrance ni négligence.

  • Nous vous présentons cet ouvrage recensant les 99 Noms d’ALLAH, dont 81 sont issus du Coran et 18 de la Sounnah authentique, cette liste a été établie par le Cheikh Mohammed Ibn Sâlih el-‘Otheimin -RahimahuLLAH- dans son livre « al-Qawâ’id al-Mouthlâ ».

    Le Prophète a dit dans un hadith rapporté par Abou Houreira: « Certes, ALLAH possède 99 Noms, cent moins un, celui qui les mémorisera (en L’invoquant par ceux-ci et en oeuvrant selon la grandeur de leurs sens) rentrera au Paradis. » (Rapporté par Boukhari et Mouslim)

  • Nombreuses questions sont posées à chaque Ramadân, au sujet de choses auxquelles le musulman est confronté dans sa vie journalière, invalident-elles le jeûne ou non, Cheikh Ibn Bâz -RahimahuLLAH- nous donne des réponses dans cette épître.

  • Ceci est l’explication de l’épître « Les annulatifs de l’Islam » écrit par Cheikh Mohammed Ibn ‘Abdel-Wahhâb, explication du grand savant ‘Abdel-‘Azîz ar-Râjihi -HafizahuLLAH-.
    Ces dix annulatifs sont les plus importants annulatifs de l’Islam, sur lesquels il y a l’unanimité de l’ensemble des savants de la communauté.

  • Parmi les bienfaits d’ALLAH sur cette communauté à qui Il fit miséricorde, le fait qu’Il leur donna et légiféra comme adoration: les bonnes oeuvres durables (al-Bâqiyât as-Sâlihât) telles la récitation du Saint Coran, les invocations et Adhkar. Il accorda ces vertus aux premières générations de la communauté ainsi qu’aux suivantes, ce qui augmenta les mérites, la place et la récompense de cette communauté.
    ALLAH fit les éloges de ceux qui L’invoquent, Il les compta parmi les gens pour qui Ses signes sont utiles, ceux qui en profitent et ceux étant les dotés d’intelligence et de raison.
    Il fut confirmé dans la Sounnah, que celui qui évoque ALLAH par son coeur et sa bouche, est meilleur que celui qui combat dans le sentier d’ALLAH.

    Ceci est une épître sur les bienfaits et les vertus des invocations, sur les invocations du matin et du soir de Cheikh Bakr Abou Zayd -RahimahuLLAH-.

  • Tirés des prêches de Cheikh ‘Abder-Razzâq el-Badr -HafizahuLLAH-.

    Sachez -qu’ALLAH vous fasse miséricorde- que la meilleure des paroles et la plus sublime dans l’absolu est la parole : « il n’y a aucune divinité, digne d’adoration, en dehors d’ALLAH ». Les cieux et la terre ont été établis à cause de cette parole, ainsi que l’ensemble de la création. Les Messagers ont été envoyés pour cette parole, les livres ont été révélés et les lois divines légiférées pour celle-ci. Du fait de cette parole, les balances ont été établies, les registres ont été consignés et les marchés du Paradis et de l’Enfer ont été dressés.

    C’est pour tout cela qu’il incombe au musulman de passer du temps à étudier la parole du Tawhid, à la méditer et à la mettre en pratique.

  • « Oussoul al-Fiqh (Les fondements de la jurisprudence islamique) est une science religieuse importante, son importance est connue et mentionnée par les savants. Sa connaissance est une obligation pour les gens de science qui souhaitent émettre des fatawas, mais en regardant les différents chapitres et thèmes de celle-ci, on se rend compte que certains sujets concernent le simple musulman.

    J’ai donc souhaité rassembler et mettre en valeur ces chapitres et certaines règles afin que le musulman de la masse puisse les apprendre et les appliquer pour en tirer profit et obtenir les nombreux fruits de l’apprentissage de cette science. »

  • « Ahkâm an-Nisâ » d’Ibn al-Jawzî (597h) -RahimahuLLAH- est un livre qui traite de la manière spécifique des règles relatives aux femmes, de leurs adorations, de leur attitude envers les autres, de leur comportement, de leurs bonnes manières, de leur moralité, tout en rapportant les biographies de certaines femmes qui étaient des compagnonnes, mais aussi d’autres, qui étaient des femmes vertueuses. C’est une oeuvre indispensable pour toute femme musulmane.

  • Ce livre a pour sujet l’adoration du jeûne, celle-ci fait partie des plus grandes adorations légiférées. Le jeûne du mois de Ramadan est le quatrième pilier de l’Islam et le jeûne suréorgatoire fait partie des meilleurs actes.

    L’auteur a abordé les règles liées au jeûne, a cité ses mérites ainsi que ses différents types.
    En l’approche de ce mois béni, il convient au musulman d’apprendre ou de revoir les règles de celui-ci, afin d’accomplir cette adoration avec science et de la meilleure des manières.

  • Ce livre nous emporte avec lui dans le monde de la femme musulmane qui a vécu sous le regard bienveillant de l’Envoyé d’ALLAH -salla ALLAHu ‘aleyhi wa sallam-. C’est un beau spectacle que nous offrent différentes scènes qui sont des épisodes de la vie de femmes ayant accompagné le Prophète de l’Islam, Mohammed -‘aleyhi as-salat was-salâm-. Ces scènes incarnent la voie droite de l’Islam qui a établi les fondements des droits de la femme et de ses devoirs.

  • Comme le Jour Dernier est précédé par des signes annonçant l’approche de sa venue, nommés « signes de l’Heure », il convient d’en mentionner les plus importants, puisque la croyance aux signes de l’Heure est obligatoire et fait partie du coeur de la croyance.

    L’affaire de l’Heure est très importante, c’est pour cela que l’attention qui lui a été accordée est plus importante que celle qui fut accordée à d’autres sujets. Ainsi le Prophète -salla ALLAHu ‘aleyhi wa sallam- a abondamment décrit ses signes et annoncé les troubles qui la précéderont. Il avertit sa communauté, afin qu’elle prenne garde à cela.

    Quant à savoir le moment de son arrivée, cela fait partie de ce qui est propre à ALLAH, Seul Lui en a la connaissance. Il l’a dissimulé aux serviteurs pour leur bien, afin qu’ils soient toujours prêts, tout comme Il dissimule le moment de la mort aux gens, afin qu’ils soient toujours prêts et l’attendent, pour ne pas délaisser les actes.

    Ouvrage tiré du livre « al-Irchâd » de Cheikh Sâlih el-Fawzan -HafizahuLLAH-.

  • Dans cette épître (Loum’atoul-I’tiqâd) le grand savant Ibn Qoudâmah al-Maqdisi (620h) -RahimahuLLAH- détaille le crédo des Gens de la Sounnah et de la Jamâ’ah dans les Asmâ et les Sifât (Noms et Attributs d’ALLAH), le Destin, le Jour Dernier, les obligations envers les compagnons du Prophète, et le comportement envers les innovateurs.

  • Ce petit titre, en arabe « al-Koufr bi at-Tâghout » contient deux épîtres :

    • La signification du Tâghout par Cheikh Mohammed Ibn ‘Abdel-Wahhâb (1206h) -RahimahuLLAH-,
    • Le Tâghout et l’obligation de s’en écarter par Cheikh Soulayman Ibn Sahmân (1349h) -RahimahuLLAH-.
  • La croyance fait partie des sciences religieuses les plus importantes, de lui accorder de l’importance, de la corriger et de la bonifier est une obligation religieuse. La croyance de l’Unicité (at-Tawhid) est la base de la religion, à celle-ci ont appelé tous les Messagers et Prophètes, le musulman doit donc l’apprendre et la préserver, ainsi s’écarter de ce qui la contredit, l’annule et s’y oppose.

    Pour cette raison, les savants, à toute époque, ont consacré leur temps à l’éclaircir, ainsi ce qui l’oppose comme association (Chirk) et mécréance (Koufr). Ils mirent en garde les gens contre le fait de commettre des annulatifs de l’Islam, en expliquant que l’individu pouvait – Qu’ALLAH nous en préserve – apostasier et mécroire par une parole, un acte ou une croyance en laquelle il croit.

    On trouve donc dans les ouvrages de jurisprudence (Fiqh) selon les quatre écoles, des chapitres relatifs à l’apostasie, dans lesquels ces annulatifs sont cités. Le fait de rendre mécréant (at-Takfir) selon les bases établies et les règles prises en compte est un jugement religieux (Houkm Char’i). Ils clarifièrent et expliquèrent les règles relatives à cela.

    Parmi les efforts fournis par les gens de la science à ce sujet, ce que Cheikh Mohammed Ibn ‘Abdel-Wahhâb (1206h) -RahimahuLLAH- écrit comme ouvrages bénéfiques et livres utiles concernant le Tawhîd et ce qui le contredit, et à propos des règles à ce sujet important.

    Parmi ses ouvrages on compte « Moufîd al-Moustafîd fî Koufr Târik at-Tawhid » dans lequel plusieurs règles et sujets furent cités, le plus évident de ceux-là est ce qui concerne le fait de rendre mécréant un individu désigné (Takfîr al-Mou’ayyan), il mentionna aussi la position des savants de la communauté tel que Cheikh el-Islam Ibn Taymiya.

  • Les précieux conseils de l’érudit, grand savant Cheikh ‘Abdel-‘Azîz Ibn Bâz -RahimahuLLAH- aux jeunes de la communautés musulmanes. Ces conseils concernent les obligations qui leur incombent de connaitre et d’appliquer.

  • Les gens étaient une seule communauté vivant sur la nature saine et droite, puis les diables vinrent détourner ceux qui s’éloignèrent du droit chemin. ALLAH envoya donc les Prophètes en tant qu’annonciateurs et avertisseurs. Le diable insuffle constamment des mauvaises choses à l’être humain et souhaite l’égarer. Par miséricorde envers Ses serviteurs, ALLAH a fait que l’homme ait parmi son espèce des personnes qui l’aident, l’appelant au bien et le mettant en garde contre les discordes (Fitan) et le fait de suivre les passions, ce sont les Messagers et leurs suiveurs.

    Parmi les caractéristiques par lesquelles notre Prophète Mohammed fut décrit dans le Coran, il y a qu’il ordonne le bien et réprimande le mal. ALLAH dit à propos de lui en faisant ses éloges : « Il leur ordonne le convenable, leur défend le blâmable » (S: al-A’râf, V: 157)

    Parmi les choses par lesquelles la communauté de l’Islam se distingua, il y a le fait d’ordonner le bien et de réprimander le mal. Bien que cette adoration fut accomplie par l’ensemble des Prophètes et des Messagers, elle ne se limite pas pour autant à eux et elle est aussi légiférée pour l’ensemble de la communauté. Le musulman se doit donc d’ordonner le bien et de réprimander le blâmable, selon ses capacités et ses connaissances. L’auteur de cet ouvrage a donc abordé ce sujet en citant l’importance de ce rite, ses mérites, les préjudices liés au fait de le délaisser ainsi que d’autres règles importantes relatives à ce thème. Il mentionna les différents points liés à cette adoration en indiquant les preuves tirées du Saint Coran et de la Sounnah. Ce livre, bien qu’il soit résumé reste très bénéfique et important pour le lecteur.

  • La régularité et le respect du nombre de vers imposés par jour, est la manière adoptée par les savants dans l’apprentissage des épîtres.

    L’Imam az-Zuhri a dit : « Nous avons certes acquis cette science par un hadith, puis deux; un avis juridique, puis deux. »

    Est considéré comme savant celui qui a mémorisé les épîtres. Cheikh el-Islam Ibn Taymiya a dit : « Celui qui aura mémorisé les épîtres obtiendra la science. » On ne peut donc obtenir de bases solides qu’avec l’apprentissage des fondements et ce, dans chacune des sciences.

    Cheikh el-Islam Ibn Taymiya a dit : « Alors qu’il fasse (l’étudiant en sciences religieuses) l’effort de patienter dans l’apprentissage, en mémorisant pour chaque science une épître, en se référant aux paroles justes du Prophète -salla ALLAHu ‘aleyh wa sallam-. »

    • Volume 1:
    • Les trois principes fondamentaux (Oussoul Thalatha), de Cheikh Mohammed Ibn ‘Abdel-Wahhâb,
    • Les quatre règles (Qawâ’id Arba’), de Cheikh Mohammed Ibn ‘Abdel-Wahhâb (1206h) -RahimahuLLAH-.
    • Volume 2:
    • Les actes annulant l’Islam (Nawâqid al-Islam) de Cheikh Mohammed Ibn ‘Abdel-Wahhâb (1206h) -RahimahuLLAH-,
    • Les 40 Hadiths d’An-Nawawi, de l’imam an-Nawawi (676h) -RahimahuLLAH-.
    • Volume 3:
    • Les conditions de la prière, ses piliers et ses obligations (Chourout as-Salat) de Cheikh Mohammed Ibn ‘Abdel-Wahhâb (1206h) -RahimahuLLAH-,
    • al-‘Aqidah al-Wâsitiyah, de Cheikh el-Islam Ibn Taymiya (728h) -RahimahuLLAH-.
    • Volume 4:
    • Kitâb at-Tawhid (le livre de l’Unicité) de Cheikh Mohammed Ibn ‘Abdel-Wahhâb (1206h) -RahimahuLLAH-.
    • Volume 5:
    • ‘Oumdatu al-Ahkâm de l’imam ‘Abdel-Ghaniy Ibn ‘Abdel-Wâhid el-Maqdisi (600h) -RahimahuLLAH-.
    • Volume 6:
    • Qasîdah Abou Ishâq al-Albîri de l’imam Abou Ishâq al-Albîri -RahimahuLLAH-. (Poème d’une gigantesque richesse dans les sens qu’il contient)
  • La régularité et le respect du nombre de vers imposés par jour, est la manière adoptée par les savants dans l’apprentissage des épîtres.

    L’Imam az-Zuhri a dit : « Nous avons certes acquis cette science par un hadith, puis deux; un avis juridique, puis deux. »

    Est considéré comme savant celui qui a mémorisé les épîtres. Cheikh el-Islam Ibn Taymiya a dit : « Celui qui aura mémorisé les épîtres obtiendra la science. » On ne peut donc obtenir de bases solides qu’avec l’apprentissage des fondements et ce, dans chacune des sciences.

    Cheikh el-Islam Ibn Taymiya a dit : « Alors qu’il fasse (l’étudiant en sciences religieuses) l’effort de patienter dans l’apprentissage, en mémorisant pour chaque science une épître, en se référant aux paroles justes du Prophète -salla ALLAHu ‘aleyh wa sallam-. »

    • Volume 1:
    • Lâmiyah de Cheikh el-Islam Ibn Taymiya (728h) -RahimahuLLAH-,
    • Leçons importantes à l’ensemble de la communauté de Cheikh Ibn Bâz -RahimahuLLAH-,
    • Volume 2:
    • Les annulatifs de l’Islam (Nawâqid al-Islam),
    • Les mérites de l’Islam (Fadl el-Islam), tous deux de Cheikh Mohammed Ibn ‘Abdel-Wahhâb (1206h) -RahimahuLLAH-,
    • Volume 3:
    • Le dévoilement des ambiguïtés (Kachf ac-Choubouhât), de Cheikh Mohammed Ibn ‘Abdel-Wahhâb (1206h) -RahimahuLLAH-,
    • Volume 4:
    • Les obligations indispensables à connaitre pour tout musulman et musulmane (al-Wâjibât al-Moutahattimât),
    • al-Hâiyah de Ibn Abi Dawoud as-Sijistâni (316h) -RahimahuLLAH-,
    • Volume 5:
    • Masâil al-Jâhiliyah, de Cheikh Mohammed Ibn ‘Abdel-Wahhâb (1206h) -RahimahuLLAH-.
  • Ce livre intitulé « Qourratou ‘Ouyoun al-Mouwahhidîn » est une explication du célèbre ouvrage « Kitâb at-Tawhîd » (le livre de l’Unicité) de Mohammed Ibn ‘Abdel-Wahhâb (1206h) -RahimahuLLAH-, il fait d’ailleurs partie des plus complètes et des meilleurs explications. Son auteur, ‘Abder-Rahmân Ibn Hasan Ali Cheikh (1285h) -RahimahuLLAH- n’est autre que le petit fils de l’auteur de l’épître expliquée. Il fut un grand savant de l’Islam, il écrivit de nombreux ouvrages bénéfiques. Cet ouvrage fait donc partie des références dans la croyance et plus précisément dans le Tawhîd de l’Adoration qui est la base du message de l’Islam.

  • Ce livre contient des questions sur divers sujets bénéfiques et importants de la ‘Aqidah, auxquelles son éminence Cheikh ‘Abdel-‘Azîz ar-Rajihi -HafizahuLLAH- répondit. Il comporte plusieurs sujets comme le sens de l’attestation de foi, les Noms et Attributs divins, le fait d’invoquer les défunts, de se rendre chez les sorciers, les Jinns, la foi, le destin, la recherche de la science, la Paradis et l’Enfer, les Prophètes, ainsi que d’autres thèmes sur lesquels le musulman doit être clairvoyant, afin de préserver sa foi et sa religion.

  • Ceci est une série de questions/réponses à laquelle a participé Cheikh ‘Abdel-‘Azîz ar-Rajihi -HafizahuLLAH-. Notre choix s’est porté sur celle-ci car les sujets relatifs à la conception de la foi et de la mécréance y sont traités de manière simple et concise. Ce thème étant primordial et faisant partie de la bonne croyance qu’un musulman doit avoir, il était important pour nous de proposer un ouvrage répondant aux exigences des gens de la Sounnah.

    En effet, de nos jours beaucoup de personnes sont tombées dans un extrême par peur d’un autre extrême, à l’image de ceux qui adoptent des idées d’une tendance appelée « Mourji’a » voulant par cela s’éloigner des « Khawârij », et inversement. Or, le juste milieu des Gens de la Sounnah a toujours été la meilleure voie empruntée par nos Pieux Prédécesseurs.

  • « Sache que lorsque l’on mentionne celui qui a un mérite sur une chose donnée, c’est dans le but d’inciter celui qui est déterminé à agir en ce sens et par la même occasion blâmer celui qui est paresseux, mais aussi enseigner à celui qui cherche la droiture.

    J’ai mentionné les nobles femmes qui nous ont devancés dans les mérites. Je commencerai par citer un groupe de femmes de l’ancien temps, dont certaines Compagnonnes que j’ai choisies, pour enfin terminer par des femmes méritoires que ce soit en termes de noblesse d’âme, de science, d’adoration ou encore de générosité. »

  • La régularité et le respect du nombre de vers imposés par jour, est la manière adoptée par les savants dans l’apprentissage des épîtres.

    L’Imam az-Zuhri a dit : « Nous avons certes acquis cette science par un hadith, puis deux; un avis juridique, puis deux. »

    Est considéré comme savant celui qui a mémorisé les épîtres. Cheikh el-Islam Ibn Taymiya a dit : « Celui qui aura mémorisé les épîtres obtiendra la science. » On ne peut donc obtenir de bases solides qu’avec l’apprentissage des fondements et ce, dans chacune des sciences.

    Cheikh el-Islam Ibn Taymiya a dit : « Alors qu’il fasse (l’étudiant en sciences religieuses) l’effort de patienter dans l’apprentissage, en mémorisant pour chaque science une épître, en se référant aux paroles justes du Prophète -salla ALLAHu ‘aleyh wa sallam-. »

    Cet ouvrage est divisé en deux parties:

    • Lâmiyah de Cheikh el-Islam Ibn Taymiya (728h) -RahimahuLLAH-,
    • Leçons importantes à l’ensemble de la communauté de Cheikh Ibn Bâz -RahimahuLLAH-.
  • La régularité et le respect du nombre de vers imposés par jour, est la manière adoptée par les savants dans l’apprentissage des épîtres.

    L’Imam az-Zuhri a dit : « Nous avons certes acquis cette science par un hadith, puis deux; un avis juridique, puis deux. »

    Est considéré comme savant celui qui a mémorisé les épîtres. Cheikh el-Islam Ibn Taymiya a dit : « Celui qui aura mémorisé les épîtres obtiendra la science. » On ne peut donc obtenir de bases solides qu’avec l’apprentissage des fondements et ce, dans chacune des sciences.

    Cheikh el-Islam Ibn Taymiya a dit : « Alors qu’il fasse (l’étudiant en sciences religieuses) l’effort de patienter dans l’apprentissage, en mémorisant pour chaque science une épître, en se référant aux paroles justes du Prophète -salla ALLAHu ‘aleyh wa sallam-. »

    Cet ouvrage est divisé en deux parties:

    • Les annulatifs de l’Islam (Nawâqid al-Islam),
    • Les mérites de l’Islam (Fadl el-Islam), tous deux de Cheikh Mohammed Ibn ‘Abdel-Wahhâb (1206h) -RahimahuLLAH-.
  • La régularité et le respect du nombre de vers imposés par jour, est la manière adoptée par les savants dans l’apprentissage des épîtres.

    L’Imam az-Zuhri a dit : « Nous avons certes acquis cette science par un hadith, puis deux; un avis juridique, puis deux. »

    Est considéré comme savant celui qui a mémorisé les épîtres. Cheikh el-Islam Ibn Taymiya a dit : « Celui qui aura mémorisé les épîtres obtiendra la science. » On ne peut donc obtenir de bases solides qu’avec l’apprentissage des fondements et ce, dans chacune des sciences.

    Cheikh el-Islam Ibn Taymiya a dit : « Alors qu’il fasse (l’étudiant en sciences religieuses) l’effort de patienter dans l’apprentissage, en mémorisant pour chaque science une épître, en se référant aux paroles justes du Prophète -salla ALLAHu ‘aleyh wa sallam-. »

    • Le dévoilement des ambiguïtés (Kachf ac-Choubouhât), de Cheikh Mohammed Ibn ‘Abdel-Wahhâb (1206h) -RahimahuLLAH-.
  • La régularité et le respect du nombre de vers imposés par jour, est la manière adoptée par les savants dans l’apprentissage des épîtres.

    L’Imam az-Zuhri a dit : « Nous avons certes acquis cette science par un hadith, puis deux; un avis juridique, puis deux. »

    Est considéré comme savant celui qui a mémorisé les épîtres. Cheikh el-Islam Ibn Taymiya a dit : « Celui qui aura mémorisé les épîtres obtiendra la science. » On ne peut donc obtenir de bases solides qu’avec l’apprentissage des fondements et ce, dans chacune des sciences.

    Cheikh el-Islam Ibn Taymiya a dit : « Alors qu’il fasse (l’étudiant en sciences religieuses) l’effort de patienter dans l’apprentissage, en mémorisant pour chaque science une épître, en se référant aux paroles justes du Prophète -salla ALLAHu ‘aleyh wa sallam-. »

    Cet ouvrage est divisé en deux parties:

    • Les obligations indispensables à connaitre pour tout musulman et musulmane (al-Wâjibât al-Moutahattimât),
    • al-Hâiyah de Ibn Abi Dawoud as-Sijistâni (316h) -RahimahuLLAH-.
  • La régularité et le respect du nombre de vers imposés par jour, est la manière adoptée par les savants dans l’apprentissage des épîtres.

    L’Imam az-Zuhri a dit : « Nous avons certes acquis cette science par un hadith, puis deux; un avis juridique, puis deux. »

    Est considéré comme savant celui qui a mémorisé les épîtres. Cheikh el-Islam Ibn Taymiya a dit : « Celui qui aura mémorisé les épîtres obtiendra la science. » On ne peut donc obtenir de bases solides qu’avec l’apprentissage des fondements et ce, dans chacune des sciences.

    Cheikh el-Islam Ibn Taymiya a dit : « Alors qu’il fasse (l’étudiant en sciences religieuses) l’effort de patienter dans l’apprentissage, en mémorisant pour chaque science une épître, en se référant aux paroles justes du Prophète -salla ALLAHu ‘aleyh wa sallam-. »

    • Masâil al-Jâhiliyah, de Cheikh Mohammed Ibn ‘Abdel-Wahhâb (1206h) -RahimahuLLAH-.
  • ALLAH a mentionné dans Son livre que l’homme était en perdition, hormis, ceux qui croient et accomplissent les bonnes oeuvres, s’enjoignent mutuellement la vérité et s’enjoignent mutuellement l’endurance. Le musulman est donc exhorté à accomplir des bonnes actions, afin de faire partie des croyants qui obtiendront la réussite dans ce bas-monde, ainsi que dans l’au-delà.

    Al-Bayhaqî (458h) cita dans l’ouvrage d’origine (Chou’ab al-Îmân) un nombre important d’actes et d’oeuvres qui constituent la foi (al-Îmân), que ceux-là soient au niveau de la spiritualité, mais aussi dans le relationnel et d’autres aspects de la vie du croyant.

    Al-Qazwînî (699h) -RahimahuLLAH- résuma ce livre afin de le rendre plus accessible et adapté.

  • Le Fiqh Malikite est une des 4 écoles reconnues dans la Jurisprudence Islamique. Chaque école possède ses propres Moutoun de Fiqh afin d’apprendre cette science chose après chose, et en évoluant dans ce domaine petit à petit.

    Nous vous proposons ici un ensemble d’épîtres reconnues du Fiqh Malikite, les Moutoun sont présentés en français et en arabe.

    • Moukhtasar al-Akhdari,
    • Matn al-Ashmawiyyah,
    • Matn Ibn ‘Ashir
    • al-Mouqaddimah al-Izziyyah.
  • ALLAH a révélé le Saint Coran au dernier des prophètes : Mohammed -salla ALLAHu ‘aleyhi wa sallam-. Il fait donc partie des grands bienfaits qu’ALLAH a accordés à cette communauté. Ses mérites et ses vertus sont énormes et nombreux. Il est la Parole d’ALLAH, un guide, une lumière, un discernement, il est aussi un remède et une guérison. De nombreux hadiths furent rapportés concernant les mérites de certaines sourates. Parmi celles-ci: sourate al-Baqarah, dont la récitation est une cause de guérison et un moyen de protection contre de nombreux maux.

    L’auteur de ce livre, qui est une personne de renommé et expérimentée au sujet de la Rouqyah, a abordé dans celui-ci les mérites de sourate al-Baqarah, en exposant ses effets dans le traitement et la prévention de diverses maladies, telles que la sorcellerie, le mauvais oeil à titre d’exemples. Il rapporta aussi des histoires et des faits liés à son expérience dans le traitement des malades.

    C’est afin de faire profiter nos frères et soeurs atteints par ces maux, mais également ceux qui souhaitent se protéger de ces derniers, que nous vous proposons cet ouvrage bénéfique. Nous demandons à ALLAH d’accorder la guérison à chaque malade parmi nous et nous Lui demandons aussi de nous préserver de tout mal.

  • Cet ouvrage comprend 3 ouvrages essentiels sur la croyance en ALLAH et en Son Unicité:

    • La croyance de Mohammed Ibn ‘Abdel-Wahhâb (Lettre aux gens de Qasîm),
    • Commentaire sur la base de l’Islam et son fondement de Cheikh ‘Abder-Rahman Ibn Hasan Ali Cheikh (1285h) -RahimahuLLAH-,
    • Quatre règles qui distinguent le musulman du polythéisme de Cheikh Mohammed Ibn ‘Abdel-Wahhâb (1206h) -RahimahuLLAH-.